mercredi 23 octobre 2013

Yaya Dacosta dessert elle la cause " Nappy" dans le MAJORDOME ?











































Voici mon nouveau bulletin en ce jour  que j'écris en écoutant mon morceau favori de Bobby Womack: "Across 110th street " ...

 Oui voilà je ne pouvais pas ne pas aller au cinéma voir ce fameux film dont tout le monde parle et pour lequel j'ai entendu des critiques dithyrambiques : LE MAJORDOME .

Petit résumé rapide ce film ( avec au passage un casting habilement mené et une apparition de Mariah Carey et la présence entre autre de Lenny Kravitz Himself  ) , produit par Lee Daniels  raconte l'histoire de Cecile Gaines ( joué par Forest Whitaker mon acteur préféré et ouais ahahah ) qui en quête d'un avenir meilleur fuit en 1926 le sud des états unis en proie a la ségrégation . Celui ci fini par être repéré pour ses bons services et surtout sa discrétion par un des membres du gouvernement et intègre la maison blanche en tant que Majordome .

Ce film m'a profondément touchée car il met en avant différents visages de l'Amérique durant ces années que je qualifierai de " noires " sur fond de racisme et de bestialité , de politique et de grands mouvements idéologiques , d'amour et de loyauté . Mais ce qui m'a plus marqué c'est l'évolution de la situation des noirs américains depuis l'abolition de l'esclavage et plus récemment avec l'élection d'un président noir a la tête de ce pays en 2008 . Ce film met discrètement en parallèle deux points de vue qui sont récurrents : la passivité et l'action ( doit on subir le système ou doit on se faire entendre afin de faire valoir nos  droits ? )

Venons en au sujet de mon Bulletin et du rôle de l'extraordinaire Yaya Dacosta qui arbore un magnifique afro jusque la tout va bien . Néanmoins encore une fois ce qui a mon sens est associé a cet afro c'est l'attitude d'une belle jeune femme classe mais vulgaire  n'éprouvant pas d'amour ( elle s'est servi du fils de cecile afin de l'enrôler dans différents mouvements et surtout dans la branche la plus extrême du mouvement des Black Panthers ) mais surtout celle ci est  déterminée quitte a tuer . Je ne me suis pas arrêtée sur cette image car si l'on se souvient bien a cette époque ( mi 60 début 70 ) porter  l'afro c'était effectivement revendiquer sa négritude et de façon virulente .
Durant le film on voit également l'épouse de cecile ( rôle tenu par Oprah Winfrey ) qui a un moment précis  porte une perruque afro et oui il s'agit a ce moment pour elle d'un simple déguisement .

Je n'ai donc pas  pu m'empêcher de me poser ces questions alors que de plus en plus de femmes noires font le choix de ne plus se défriser les cheveux : ce film valorise-t-il ou dévalorise-t-il l'afro et donc le cheveux crépu ?

J'ai analysé la situation et grand ouf de soulagement pour ma part : j'ai quitté la salle de cinéma les larmes aux yeux mais pleine d'espoir car au finale , le plus important dans cette histoire est que en conclusion tous les combats qu'ils aient été virulents ou pacifistes ont conduits a ce que les mentalités évoluent . Ainsi on se rend compte que le rôle de l'afro a également son importance dans cette quête identitaire . Ce jour la j'avais par hasard choisi d'arborer un afro libre et OUI j'étais FIÈRE de sortir de cette salle de cinéma , fière encore une fois de porter cette coiffure et  FIÈRE d'être MOI . Je dirai donc a mon sens que l'afro de Yaya Dacosta est un détail dans ce film mais un détail qui a son importance puisque la conclusion du film ne nous fais aucunement rester sur cette image de fille " vulgaire " ne " sachant pas se tenir " comme le pensent d'elle Cecile et son épouse . NON ce film se termine sur une grosse pointe d'OPTIMISME !


Xoxo Mag




la belle Yaya Dacosta 


mon Afro
pull H&M